Robot Spoutnic au milieu des poules dans un élevage

Comment un robot améliore-t-il le comportement des volailles ?

Poulet de chair

Poule reproductrice

Dinde reproductice

Dinde de chair

Poule pondeuse

Articles

25 septembre 2022

Gabriel Laurent

Picage, ponte au sol, parcage, couveuses…vous devez trouver quotidiennement des solutions à ces comportements.Si l’agressivité occasionne des problèmes du point de vue de la santé animale, en particulier des blessures pouvant entraîner du cannibalisme, les conséquences des comportements déviants sont aussi d’ordre financier. Pour les limiter au maximum, l’enrichissement du milieu constitue un levier efficace. Le robot avicole s’inscrit parfaitement dans cette démarche, en favorisant notamment la ponte au nid, le cochage ou encore l’absence de couvaison chez la dinde.

Sommaire

1. L’importance de l’enrichissement du milieu

2. Le robot avicole, une nouvelle solution pour enrichir le milieu

3. Des volailles en pleine forme grâce au robot avicole

 

L’importance de l’enrichissement du milieu

Le monde de l’élevage de volailles bouge ! Aujourd’hui, le fait d’enrichir le milieu apparaît de plus en plus nécessaire, et ce à plus d’un titre.

Une prise en compte indispensable du bien-être animal

Les volailles qui évoluent dans un milieu sans aucune distraction s’ennuient. Un cercle vicieux se met alors en place : elles s’attaquent les unes les autres, se montrent plus peureuses et léthargiques, s’alimentent moins bien etc.
À l’heure où le bien-être animal occupe le devant de la scène, il semble bien que l’enrichissement du milieu soit incontournable. Côté réglementation, il est en effet fort probable, sous l’influence européenne, que l’épointage du bec soit interdit d’ici peu, comme c’est le cas en Norvège, Finlande, Suisse, Suède, Autriche, Pays-Bas, Allemagne ou encore pour les éleveurs français exportant leurs œufs à destination de ces pays. Le recours à la clôture électrique pour limiter la ponte au sol devrait lui aussi être interdit dans quelques années.

Les industriels vont aussi dans ce sens. Des enseignes comme Carrefour, Leclerc, Magasins U, Intermarché, Lidl et bien d’autres se sont ainsi engagés dans le Better Chicken Commitment, une initiative portée par près d’une trentaine d’ONG de protection animale européennes. L’objectif est clair : ne faire appel qu’à des fournisseurs qui respectent les standards en matière de bien-être animal, en utilisant par exemple des perchoirs.

Ce mouvement conduit à l’apparition sur le marché de nouvelles innovations, comme Spoutnic, le robot avicole de Tibot ayant remporté un Innov'Space en 2016 ou Perch’up, un perchoir compostable à usage unique ayant remporté un Innov’Space en 2019.

Enrichir le milieu et créer de la nouveauté constamment

Bassines à l’envers sur lesquelles faire du son au picage, botte de paille, bouts de ficelle, blocs à piquer, perchoirs…toutes ces solutions viennent apporter de la complexité à l’environnement, ce qui aide les volailles à exprimer leurs comportements naturels et à réduire le stress.

Toutefois, les travaux scientifiques s’accordent sur le fait qu’il ne s'agit pas uniquement de proposer des animations, mais aussi d’introduire de la variété. Dans une étude de 2004 intitulée « Faire marcher le poulet : pourquoi et comment ? », l’INRA expliquait déjà que « […] L’introduction quotidienne d’un objet totalement nouveau dans une aire périphérique induit une forte motivation chez les poules à entrer dans l’aire adjacente et à explorer le nouvel objet ».

Depuis, l’INRA a de nouveau travaillé sur le sujet de l’enrichissement du milieu, dans le cadre de tests réalisés avec l’ITAVI (Institut de l’aviculture) et l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail) dans le cadre du projet Casdar Épointage. Après des tests menés en phase d’élevage puis en ponte, il a été constaté que l’intérêt pour les enrichissements se dégradait avec le temps.

Dans ses recommandations pour limiter le picage sévère, l’ITAVI préconise donc de mettre à disposition des volailles des enrichissements différents et de les renouveler fréquemment, tout en recommandant de démarrer tôt (dès le stade poulette pour une efficacité maximale).

 

Le robot avicole, une nouvelle solution pour enrichir le milieu

L’avantage du robot avicole tient non seulement à sa capacité d’animation des lots, mais aussi à la possibilité de varier les stimuli pour introduire du changement de façon régulière.

Que fait un robot avicole pour assurer l’animation ?

C’est tout simple : il se déplace dans le bâtiment, de façon aléatoire et autonome. Son passage intrigue les volailles, tout en les incitant à bouger. Les poules sautent pour aller au nid ou s’amusent à le suivre. Elles prennent aussi davantage de bains de poussière.

Comme l’explique Pierre, chef de projet Tibot, l’intérêt réside dans la stimulation des animaux, et dans le fait que le robot ait été conçu pour limiter l’habituation des volailles :

« Comme on travaille sur du vivant, la stimulation des volailles est un sujet complexe : certaines souches bougent bien naturellement, alors qu’il est plus difficile d’en faire bouger d’autres. Il y a aussi des particularités liées au bâtiment, à l’environnement, aux pratiques de l’éleveur…Pour que le robot soit efficace, nous avons travaillé avec le laboratoire Ethos de l’Université de Rennes. Nous avons testé beaucoup de choses pour les stimuli : des sons qui claquent, des sons aigus, ou encore les bruits blancs. Il n’existe pas de son magique, mais l’important aujourd’hui, c’est que l’éleveur dispose d’un éventail de stimuli, car la stimulation passe beaucoup par la surprise. »

En pratique, le robot avicole peut donc être paramétré de façon différente, pour que les volailles découvrent les nouveautés au fur et à mesure. Vous êtes ainsi libre de régler les sons (différents types et différentes intensités), la lumière (couleur et intensité), la vitesse à laquelle le robot évolue, ou encore l’insistance à pousser les poules. Un kit de drapeaux permet également de créer une animation supplémentaire.

Des résultats sur le problème de ponte au sol

Lorsqu’elles ne sont pas stimulées, les poules ont une fâcheuse tendance à pondre au sol. Bien sûr, il existe des techniques comme placer des faux œufs dans le nid, mais le robot va plus loin. En dérangeant inlassablement les poules au sol grâce à la variété de ses stimuli, il les incite à pondre au nid. Sur ce terrain, les résultats sont au rendez-vous : alors qu’ils effectuaient un passage toutes les demi-heures dans leur bâtiment, les utilisateurs de Spoutnic ont tous pu réduire leurs allers et retours et constaté une baisse du taux de ponte au sol, celui-ci étant divisé par 4 ou 5.

Une meilleure fertilité

Le robot avicole améliore aussi le cochage. Une étude menée avec l’entreprise Hubbard en 2020 a en effet prouvé son impact positif sur la libido des coqs, sachant qu’il fait dans le même temps baisser le taux de refus chez les femelles. L’expérimentation a démontré que les tentatives de cochage augmentent de 30% lorsqu’un éleveur utilisait notre robot Spoutnic. Il existe en outre un gain de fertilité, atteignant jusqu’à + 5 points.

S’agissant du comportement de couvaison chez les dindes, les producteurs utilisent le robot et sa capacité à pousser plusieurs fois la dinde qui couve au sol. L’action est efficace. D’après eux, ils n’ont quasiment plus de couveuses.

 

Des volailles en pleine forme grâce au robot avicole

La santé animale présente un grand niveau de complexité et nécessite un bon contrôle de l’alimentation, des soins ou des conditions d’élevage. Le robot n’intervient pas sur l’ensemble de ces domaines, mais contribue à ce que les animaux adoptent de meilleurs comportements .

De l’exercice physique pour les volailles

Parce qu’il dérange les animaux, le robot les pousse à bouger. Cela facilite leur déplacement aux mangeoires et aux abreuvoirs. Outre la prise de masse quotidienne et l’optimisation de la consommation d’aliments, le robot contribue également à conserver un environnement sain. Son passage incite les volailles à gratter la litière, ce qui favorise son aération. Tous ces bénéfices combinés font que les animaux sont en bonne santé et moins exposés aux pathologies comme les troubles locomoteurs, les ampoules, les brûlures du bréchet ou encore les brûlures du tarse.

Pour l’éleveur, cela signifie une baisse du taux de saisie. Sur ce point, les équipes Tibot ont mené une étude en novembre 2019 dans un élevage canadien de 4000 dindes de chair mâles. Le pourcentage de viande sans défaut est passé de 17,87% à 49,73% avec l’usage du robot. Le taux de saisie est quant à lui tombé de 3,41% à 2,11%.

Des volailles moins agressives

Pour détecter les phénomènes de picage, l’ITAVI recommande d’observer les animaux en se tenant 5 à 10 minutes immobiles à différents endroits du bâtiment et de prêter attention aux vocalisations des poules victimes. L’état corporel doit être évalué fréquemment, à commencer par l’état du plumage, au niveau de la tête et du cou, du dos, du ventre et du cloaque.

Pour mesurer l’intérêt de Spoutnic sur le picage, nos équipes ont là aussi conduit une expérimentation, en partenariat avec le CNRS et le laboratoire Ethos. Voici les résultats de ce test, mené durant 18 semaines sur 1800 individus (souche de ponte) :

  • sans robot, la qualité du plumage se situe entre 2 et 4, avec une moyenne à 3 (voir le barème photo).
  • avec robot, elle varie entre 1 et 3, avec une moyenne à 2.

De façon certaine, le robot avicole améliore donc le comportement des volailles. Pour approfondir le sujet, découvrez comment il contribue à la stimulation du cochage.

Photo de

Gabriel Laurent

Responsable Marketing

Publications

Ces articles peuvent
vous intéresser

Photographie de l'entretien des litière

Poulet de chair

Améliorer la qualité des élevages avicoles grâce à l'entretien de la litière

Les producteurs de poulet de chair...

Poulet de chair

European Chicken Commitment : nouvelles normes pour les poulets de chair

Entre nouvelles attentes des...

Deux oeufs avec une plume sur de la litière

Poule reproductrice

Comment réduire la ponte au sol sans y passer la matinée ?

Si vous élevez des poules...

Suivez notre actualité en vous abonnant à notre newsletter